Category: Divers -    Les carnets de Louis
 
Photo
Hier matin, j'avais trois rendez-vous.

Je suis allé d'abord chez mon médecin

Pour qu'il m'ausculte, j'ai dû enlever ma chemise.

Photo
Ensuite, je suis allé chez le coiffeur.

Bien entendu, j'ai dû enlever mon chapeau.

Photo
Enfin, je suis passé chez la podologue et j'ai dû enlever mes chaussettes.

Heureusement, je n'avais pas de rendez-vous chez l'urologue !
 
J'ai vu hier l'affiche de la venue du Cirque KNIE à Lausanne.
Pendant toute mon enfance, c'était le rendez-vous incontournable de l'automne. Nous allions en famille voir le spectacle, et aussi la ménagerie, qui était plus fournie qu'aujourd'hui. Le chapiteau était sur la place de la Riponne avec une partie de la ménagerie, le reste étant à la place du Tunnel.
Une année (ce devait être peu avant 1950), il y avait un "village" de pygmées à la place du Tunnel. Ces pauvres hères s'exhibaient et se trémoussaient au milieu des animaux (j'allais presque dire "au milieu des autres animaux"...).
Je n'avais guère conscience, à l'époque, de l'indécence d'une telle exhibition. Il n'y avait pas encore les documentaires télévisés et ce spectacle suscitait un grand intérêt.
 
Photo
Les jeux olympiques sont terminés. Vont commencer les jeux paralympiques. Les valides peuvent se reposer alors que les handicapés se préparent. Mais un seul participera aux deux séries d’épreuves, c’est Oscar Pistorius, amputé des deux jambes qui court sur des lames de carbone. Son nom, en latin, ne veut pas dire « l’homme des pistes », mais prosaïquement « boulanger ».
Il mérite notre respect : pour arriver à ce niveau, il a dû travailler d’arrache-pied.

 
Un athlète chinois en larmes s'est confondu en excuses devant les caméras de son pays. Il s'était déshonoré... en gagnant la médaille d'argent ! Il n'y a donc pas que dans les expositions canines qu'il est naïf de croire que l'important c'est de participer.
 
Photo
Scène de la tombe d’Ankhmahor à Saqqarah
La circoncision est-elle une blessure corporelle ? Le Tribunal de grande instance de Cologne a condamné, mardi 26 juin, cette intervention pour tous motifs autres que médicaux.


Un homme se présente dans une clinique et déclare au chirurgien vouloir subir une castration. Devant la réticence du médecin, il insiste. Il signe une décharge et l'intervention a lieu. Au réveil, il se retrouve dans une chambre où est aussi un autre patient. Il lui demande pourquoi il est là. "Pour une circoncision"  répond l'autre. "Ah zut ! Voilà le mot que je cherchais !"


 
Photo
Ouf ! Ca va mieux !
Je peux enfin soulever (un peu) mon bras droit sans le soutenir.
Je commence même à pianoter des deux mains sur le clavier sans faire de grimaces, après une dizaine de séances de physiothérapie. Il en faudra certainement encore bien d'autres. On me dit que dans quelques mois je n'aurai pratiquement plus de douleurs... si tout va bien.
Merci à celles et ceux qui m'ont adressé des voeux de rétablissement.
Aprés un petit week-end avec mes copains de baccalauréat, je reprendrai la rédaction de mes chroniques.
Amitiés à toutes et tous.


 
Pardon aux visiteurs de mon blog. Je n'y ai rien écrit depuis quelques jours. Je me suis luxé l'épaule droite après un spectaculaire vol plané. Un moment inoubliable, comme lorsqu'on m'a réduit la luxation aux urgences !
Je n'étais déjà pas très habile de la main droite, mais alors avec la seule gauche, c'est vraiment pénible. Je ne vous dis pas le temps que j'ai mis à rédiger ce billet...
Revenez d'ici quelques jours, quand mon physio aura accompli les miracles que j'attends de lui. A tout bientôt.
 
Je n'ai jamais été un fan de foot. Mais en ce moment il est difficile d'y échapper, que ce soit à la télévision ou à la radio.
Je m'amuse particulièrement des commentaires des supporters. Lorsque l'équipe qu'ils soutiennent (qu'ils "supportent", dans le sabir actuel) est victorieuse, ils hurlent "On a gagné !" (Ce qui correspond à la première personne du pluriel "Nous avons gagné", dans la langue commune, mais c'est moins percutant à scander).
En revanche, lorsque leur équipe a perdu, les supporters ne s'y identifient plus et en reviennent à une plus juste troisième personne : "Ils ont mal joué..." "Ils auraient dû faire ceci ou cela..."
 
Photo
Quand j’étais petit, nous habitions à Lausanne à 200 mètres d’une fabrique de choucroute. J’en sens encore les effluves lorsque le vent venait de
l’Ouest. Cela m’est revenu en mémoire en lisant, sur le site de 24 Heures, comment un potentiel pigeon a tourné en bourrique un arnaqueur du  Bénin qui lui avait adressé un courriel. Il l’a convaincu d’adhérer à la Confrérie de la Choucroute, avec à la clé 85 000 € pour promouvoir la spécialité alsacienne en
Afrique. Vous pouvez suivre l’échange des courriels entre les protagonistes, c’est hilarant, en cliquant sur le lien :
http://forum.croque-escrocs.fr/viewtopic.php?f=35&t=4626
Ci-dessous la photo des benêts du Bénin qui, à la demande du faux pigeon, se sont  confectionné des costumes de choucroutiers.

 
Photo
Charles Dutoit
J'ai acheté récemment un CD audio de Stravinsky avec L'histoire du Soldat et Renard, sous la direction de Charles Dutoit, avec Eric Tappy.
Cela m'a rappelé un vieux souvenir, qui doit dater de 1955 environ. A l'époque, je prenais le tram à Malley pour me rendre au Collège Classique à Béthusy. J'y rencontrais régulièrement un copain et nous parlions musique. C'était souvent animé, car il était fan de Wagner, alors que j'adulais Mozart.
Un jour, une dame nous a gentiment apostrophés. Elle était, soyons gentil, assez plantureuse et portait un gros panier. S'excusant de nous interrompre, elle nous dit que son fils avait formé un petit ensemble qui allait donner bientôt un concert Stravinsky à Renens et qu'il y aurait aussi un chanteur qui était alors instituteur dans cette ville.
Je me suis rendu à ce concert pour écouter une musique qui m'a semblé terriblement moderne (je m'y suis fait depuis lors).
Le chef était Charles Dutoit, qui a fait ensuite une immense carrière à la tête des plus prestigieux orchestres.
Quant au ténor de Renard, c'était Eric Tappy, qui est devenu une star qui a chanté sur les plus grandes scènes du monde.

Photo
Eric Tappy