Category: -    Les carnets de Louis
 
Oui,  j’ai fait la sieste dans le lit d’un roi (en son absence, si cela peut rassurer les mauvaises langues).
C’était en 1958 lors d’un voyage en voiture vers l’Égypte (voir d’autres billets — la plupart encore à venir — en cliquant sur Libye/Égypte 1958 dans la colonne de droite). 
Nous étions partis à l’aube de Tripoli. En début d’après-midi, la chaleur était étouffante en ce milieu d’été. Il n’y avait pas à l’époque de climatisation dans les voitures. Pas âme qui vive ni un coin d’ombre en vue. Mais soudain, au bord de la route, une petite villa aux volets fermés et, à côté, une petite baraque.
Nous nous y arrêtons. La baraque était occupée par une famille. Ma sœur, qui parlait l’arabe, engage la conversation. Ces gens étaient les gardiens de la villa, qui servait de halte lorsque le roi de Libye se déplaçait de Tripoli à Benghazi.

Photo

Idris Ier a été proclamé roi de Libye en 1951 lorsque ce pays s’est affranchi de la colonisation italienne. Il a été renversé en 1969 par un coup d’État mené par un certain Kadhafi.


Après négociations et versement d’une obole, les gardiens nous ont ouvert la villa pour nous y reposer. Après tirage au sort, c’est le lit à baldaquin du roi qui m’a échu. J’ai pu apprécier l'austérité de Sa Majesté, car le matelas était un véritable sac de noix.
 

Photo
Borgward Pullman
En 1958, j'avais alors 17 ans. Ma soeur était mariée (pour la Xe fois !) au Caire. Début juillet, elle était en visite chez mes parents. Elle allait repartir pour l'Egypte et avait trouvé une connaissance disposée à faire le voyage avec sa voiture. L'itinéraire était de rejoindre Marseille, mettre le carrosse et les voyageurs sur un bateau pour Tunis, longer la côte tunisienne puis celle de la Libye par Tripoli et Benghazi, pour rejoindre Alexandrie et enfin Le Caire.
J'étais alors au Gymnase et j'avais des vacances jusqu'à fin août. Ma soeur a proposé que je fasse aussi le voyage. Mes parents ont accepté, pensant que les voyages forment la jeunesse. Hommage à leur courage.
La voiture dans laquelle nous avons fait ce périple était une Borgward Pullman, marque aujourd'hui disparue. C'était une grosse limousine noire, avec une place si grande à l'arrière qu'il y avait encore des strapontins qu'on pouvait déplier derrière les sièges avant.