Category: Personnalités -    Les carnets de Louis
 
Oui,  j’ai fait la sieste dans le lit d’un roi (en son absence, si cela peut rassurer les mauvaises langues).
C’était en 1958 lors d’un voyage en voiture vers l’Égypte (voir d’autres billets — la plupart encore à venir — en cliquant sur Libye/Égypte 1958 dans la colonne de droite). 
Nous étions partis à l’aube de Tripoli. En début d’après-midi, la chaleur était étouffante en ce milieu d’été. Il n’y avait pas à l’époque de climatisation dans les voitures. Pas âme qui vive ni un coin d’ombre en vue. Mais soudain, au bord de la route, une petite villa aux volets fermés et, à côté, une petite baraque.
Nous nous y arrêtons. La baraque était occupée par une famille. Ma sœur, qui parlait l’arabe, engage la conversation. Ces gens étaient les gardiens de la villa, qui servait de halte lorsque le roi de Libye se déplaçait de Tripoli à Benghazi.

Photo

Idris Ier a été proclamé roi de Libye en 1951 lorsque ce pays s’est affranchi de la colonisation italienne. Il a été renversé en 1969 par un coup d’État mené par un certain Kadhafi.


Après négociations et versement d’une obole, les gardiens nous ont ouvert la villa pour nous y reposer. Après tirage au sort, c’est le lit à baldaquin du roi qui m’a échu. J’ai pu apprécier l'austérité de Sa Majesté, car le matelas était un véritable sac de noix.
 

Le dernier roi du Wurtemberg

Photo
Guillaume II
Pendant l'été 1914, mon père était à Stuttgart chez des cousins. Il avait alors 11 ans.
Le contexte politique était explosif : on sentait venir la guerre. Des troupes faisaient des exercices dans une plaine et mon père allait y assister souvent.
Les petits Allemands n'étaient pas encore en vacances, si bien qu'il était le seul gamin à observer les soldats.
Un vieux monsieur en uniforme lui demanda pourquoi il n'était pas à l'école, ce que mon père lui expliqua. "Alors tu parles français" lui dit l'homme qui se présenta comme le roi du Wurtemberg. Dès lors, tous les jours, le roi et mon père, qu'il appelait "le petit Français", conversèrent dans la langue de Molière. Le monarque se désolait de l'imminence de la guerre.
Guillaume II de Wurtemberg était un homme simple et très aimé. Il se promenait souvent seul dans les rues de Stuttgart en distribuant des bonbons aux enfants. Il abdiqua après la guerre en 1918 et mourut en 1921.